mardi, mars 21, 2006

Les allumettières d'E.B. Eddy, des héroïnes ouvrières

Entrevue de Franc-Parler avec Marie-Paule Villeneuve, auteure du livre Les Demoiselles aux Allumettes

Le Salon du livre de l’Outaouais (SLO) a été présenté au Palais des congrès de Gatineau du 9 au 12 mars dernier. Cette 27e édition de ce rendez-vous littéraire avait pour thème « Nos héros ». Cette thématique permet aux personnages importants de l’Outaouais de prendre part à l’exposition par les différents apports qu’ils ont fait dans la région. Cette mise en œuvre est devenu en grande partie possible grâce au Centre d’archives de l’Outaouais et à un historien spécialisé Raymond Ouimet. Cette année le président d’honneur était Bryan Perro, auteur d’Amos Daragon. Une panoplie d’auteurs, illustrateurs et de personnages ont fait partie des invités de ce rassemblement ayant comme vedette principal le livre. La scène « Contes et porto » a permis au public de voir et d’entendre des auteurs qui sillonnent le paysage culturel québécois et ontarien.

Franc-Parler a rencontré Marie-Paule Villeneuve, écrivaine, historienne et journaliste. Son roman Les Demoiselles aux Allumettes aborde l’histoire du mouvement ouvrier en Outaouais et plus précisément les luttes menés par les allumettières de l’usine E.B. Eddy de Hull. Franc-Parler présente, ici, des extraits de cette entrevue corrigés pour fins de publication.

Franc-Parler : Pouvez-vous nous décrire votre roman, Les Demoiselles aux Allumettes?

Marie-Paule Villeneuve : C’est un roman historique qui porte sur la fabrication des allumettes et la première grève importante en Outaouais. Le roman se passe de 1914 à 1924, la grève a lieu en 1924. C’est aussi une grande partie de l’histoire de l’Outaouais, de la fabrication des allumettes et l’histoire du peuple ouvrier de l’Outaouais. Plus particulièrement, c’est l’histoire de Victoria, la demoiselle aux allumettes. En fait, une allumettière parmi tant d’autres qui vont lutter pour de meilleures conditions de travail à l’usine.

F-P : Pourquoi vous êtes-vous intéressée à l’histoire du mouvement ouvrier pour ce roman?

MPV : Je m’intéresse depuis longtemps au mouvement ouvrier. J’ai fait mes études à l’université en grande partie sur l’histoire des syndicats au Québec. C’est un aspect très intéressant de la société parce que le mouvement ouvrier, les mouvements de gauche, les communistes et les socialistes ont, eux, apporté le changement dans la société. Si l’on a, par exemple, l’assurance maladie et une certaine sécurité sociale, c’est grâce aux syndicats et non pas aux politiciens. Je trouve extrêmement important dans l’histoire du Québec que l’on fasse référence au mouvement ouvrier.

F-P : Avec le personnage de Victoria, vous avez traité le rôle des femmes dans la société de cette époque. Pourquoi?

MPV : [...]

Dans mes recherches, j’ai trouvé extrêmement intéressant cette grève importante au Québec menée par des femmes. C’est extrêmement intéressant comme sujet social.

F-P : L’enseignement de l’histoire de l’Outaouais présente des personnages comme E.B. Eddy ou Philemon Wright comme ayant joué un rôle très positif? Qu’en pensez-vous?

Ce qui me fascine toujours, c’est qu’on dit toujours que c’est Philemon Wright et E.B. Eddy qui ont construit Hull. Ils étaient que deux. Ils ont bien beau pu avoir beaucoup de pouvoir et de volonté… Ils n’étaient que deux. En fait, ce sont les ouvrières et les ouvriers de Hull qui ont bâtit cette région. Beaucoup plus qu’un explorateur et un homme d’affaires qui était américain d’ailleurs d’origine.

[...]

F-P : Que pensez-vous des attaques et de la pression qui décrit le mouvements ouvrier et syndical comme nuisible à l’intérêt général de la société?

MPV : Inutile de vous dire que c’est quelque chose qui me dérange beaucoup. Ah! Quand j’entends dire qu’il y a trop de syndicats… Le problème à la base, mondialement, ce n’est pas qu’il y a trop de syndicats mais c’est qu’il n’y en pas assez.

[...]

F-P : En terminant, pouvez-vous nous parler de vos projets d’écriture futurs?

MPV : En ce moment, je suis à l’écriture d’un essai, une enquête journalistique sur le mouvement ouvrier contemporain. Toute une partie de notre masse de travailleurs est traité en esclave. Ça devait être un roman puis finalement c’est en train de se transformer en essai.

Villeneuve, Marie-Paule, Les Demoiselles aux Allumettes, VLB éditeur, Montréal, 2005, 419 pages

(Franc-Parler, Vol.1, No.2 - 21 mars 2006)
francparlerjournal@yahoo.ca

Libellés :

5 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blogue.

10:06 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blogue.

12:53 a.m.  
Anonymous Anonyme said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blogue.

12:56 a.m.  
Blogger Nadine said...

Bonjour! Mme Villeneuve.
J'ai un objet qui m'est très cher, qui date de 1895 de la compagnie Eb Eddy.J'aimerai avoir de l'aide à ce sujet. Vous pouvez m'écrire sur mon email tessiernadine@hotmail.com

Merci de prendre le temps de lire ce commentaire.

Nadine Tessier

12:15 a.m.  
Blogger 1111141414 said...

air max
nike air max
air max 95
air max 90
nike air max 2017
nike air max 2016
nike air max 90
nike air max95
kyrie irving shoes
irving shoes
kyrie 3

10:30 p.m.  

Publier un commentaire

<< Home